Rencontrez Mélanie FAZI au Fantasy en Beaujolais 2021

Que pouvez-vous dire sur vous ?

Depuis mes premières parutions au début des années 2000, j’ai principalement écrit du fantastique, avec une nette préférence pour le format de la nouvelle. J’ai publié trois recueils (Serpentine, Notre-Dame-aux-Écailles, Le Jardin des silences) ainsi que deux romans (Trois pépins du fruit des morts, Arlis des forains) et participé à l’ouvrage collectif Kadath inspiré de Lovecraft. Plus récemment, je me suis tournée vers la non-fiction à travers deux témoignages personnels (Nous qui n’existons pas, L’Année suspendue) autour des questions de la norme, de l’identité et de la différence, reflétant des thèmes qui traversaient déjà mes textes de fiction. Je suis également traductrice d’auteurs anglophones (Brandon Sanderson, Lisa Tuttle, Graham Joyce…) et co-animatrice avec Estelle Faye et Lionel Davoust du podcast Procrastination consacré à l’écriture.

Le thème de cette année du Festival est « Le Monde d’Après ». En quoi votre œuvre répond-elle à cette réflexion ? (La réflexion de cette année porte plus particulièrement sur la question de l’identité dans la littérature si ce thème vous inspire plus)

 « Le Monde d’Après » comme un monde où les notions de norme et d’identité, qui sont  au cœur de questionnements passionnants à l’heure actuelle, seront différentes de celles avec lesquelles j’ai grandi… Ces thèmes sont au cœur de mes deux ouvrages de non-fiction, reflet d’un parcours personnel compliqué à cet égard (je me suis découverte très tardivement asexuelle, puis sur le spectre de l’autisme). Mais ils ont toujours été présents dans ma fiction, de manière moins consciente, lorsque je n’avais pas les mots pour me dire différente mais le pressentais sans savoir l’expliquer. Mes personnages sont souvent décalés, en marge ou en quête d’eux-mêmes, et mes textes ont longtemps traduit à mon insu cette « étrangeté d’être au monde » qui était la mienne et qui a nourri mon rapport au genre fantastique.

Comment pourriez-vous résumer votre dernier ouvrage actuellement en promotion ?

L’Année suspendue, paru en avril 2021 chez Dystopia, est un texte entre témoignage et journal rédigé alors que j’attendais de passer les tests pour déterminer si j’étais bien sur le spectre de l’autisme, ce qui a été confirmé début 2020. Il parle du vertige de faire cette découverte sur soi-même à plus de quarante ans, du chemin chaotique qui mène au diagnostic, mais aussi du soulagement de découvrir enfin la clé de son propre fonctionnement, et de celui des autres, d’avoir enfin des mots pour se dire et se comprendre.

https://www.dystopia.fr/a/anonyme/l-annee-suspendue

Entretien collationné par

Webmaster masqué(e)

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s